L'incinérateur de Nice-L'Ariane


En 1932, la ville de Nice se dote d'une usine d'incinération des déchets implantée alors dans une zone trés peu urbanisée.
 Pour toute question
 relative à l'incinérateur
 merci de contacter :

 incinerateur@cdia-abadie.fr
  Depuis, cette usine n'a cessé de s'agrandir (construction de fours supplémentaires en 1982 et 1987) et d'incinérer de plus en plus de déchets en nature (boues d'épuration/déchets hospitaliers) et en quantité (+ 3,5% entre 2009 et 2011).

Actuellement 311 293 tonnes de déchets (chiffres 2011) sont "brûlés" chaque année au cœur d'un quartier populaire qui s'est fortement développé et urbanisé.

Or, l'incinération produit des rejets (fumées-dioxines/métaux lourds/ particules fines) qui ne sont pas sans conséquence sur la santé des populations riveraines.
Le C.D.I.A., membre de la Commission Locale d'Information et de Surveillance (C.L.I.S) qui réglemente le fonctionnement de l'usine, milite pour des contrôles plus nombreux, plus rigoureux et plus "transparents" des rejets de l'incinérateur.
 

l'incinérateur dans la vallée du Paillon
 
 
  Depuis 2006, nous avons obtenu un plan annuel de suivi des taux de dioxines (dans les olives, les huiles d'olives et les sols), la mise en place d'une veille environnementale (culture de végétaux + collecteurs de retombées atmosphériques) , des mesures de bruits, ainsi que le recensement de tous les cas de cancers dans les zones impactées par l'incinérateur (veille sanitaire en cours).
Mais au-delà de cette surveillance, le C.D.I.A souhaite d'autres formes de traitement et de recyclage des déchets, moins nocives et exige une véritable politique en faveur de solutions alternatives plus respectueuses de la santé publique et de l'environnement.